Le projet boîte noire – Méline PARENT

Ce post a été republié le 26/10/2020


Bonjour à tous ! Aujourd’hui, le blog reprend du service. Nous sommes encore en janvier donc il est encore temps pour nous de vous souhaiter une très bonne année 2020 !

Quoi de mieux que de commencer l’année en vous parlant d’un projet réalisé en première année de CMI Physique ? Nous allons explorer le projet boîte noire. Il s’agit d’un projet de découverte en autonomie, afin de former l’esprit de recherche et de débrouillardise, propre aux chercheurs.

Méline Parent, une étudiante en première année de CMI Physique, nous a expliqué le projet boîte noire : sa démarche de recherche, les outils qui étaient mis à sa disposition et qu’elle a pu utiliser, ce qu’elle a appris pendant cette période.


Au premier semestre du L1, en CMI physique, nous avons un Projet Boîte Noire. Dans une boîte de pellicules noire opaque, un objet inconnu y est introduit puis la boîte est scellée. Le but est de trouver l’objet inconnu sans ouvrir la boîte, en réalisant diverses expériences en équipe de 3-4

Ce projet est un projet de recherche qui nous permet de nous retrouver dans la même situation que des chercheurs qui étudient un concept. En 1905, Einstein s’est retrouvé comme nous, à avoir un objet : le photon ; qu’il ne peut ni voir ni toucher. Il peut simplement faire subir différentes expériences afin de trouver des propriétés propres au photon.

Dans notre équipe, nous avons décidé de passer notre boite noire aux rayons X dès le début, et nous avons pu voir directement la forme de notre objet qui était très explicite.

Nous avons su très tôt quel était notre objet : une pince double clip.

Malgré cela, nous avons décidé de pousser nos recherches plus loin en essayant de déterminer les dimensions, la masse, le volume, la masse volumique, la conductivité thermique et les différents métaux composant notre objet.

En utilisant une balance précise au 0,0001g ; un détecteur de métaux, des aimants, une éprouvette graduée, une caméra thermique et des rayons X, nous avons pu trouver beaucoup des propriétés de notre objet. 

De gauche à droite et de haut en bas : Image à la caméra thermique ; Éprouvette graduée pour mesurer le volume ; modèle de pince clip ; impression en 3D du modèle

Nous avons également voulu réaliser un modèle à l’imprimante 3D de notre objet, mais malheureusement cela n’a pas bien marché.

Nous avons déterminé que notre pince double clip avait une masse de 3,3787g, un volume de 0,33mL, une masse volumique de 9653kg.m^-3, une conductivité thermique de environ 15W.m^-1.K^-1. Elle est soit en totalement nickel , soit en acier inoxydable et en nickel.

Nous ne l’avons jamais vue.

J’ai adoré travailler sur ce projet en groupe. Chacun avait sa place et apportait des nouvelles idées d’expériences ou d’interprétations des résultats. Ça a été vraiment très enrichissant personnellement et scientifiquement.


Méline Parent est une étudiante de la promotion 2019-2020. Elle est actuellement en première année de Cursus Master en Ingénierie, spécialité Physique, à Sorbonne Université – Campus Pierre et Marie Curie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s